Masisi: La situation sécuritaire rétablie dans la localité de Bitonga

1

Depuis l’après midi du jeudi 4 Janvier, une tention entre deux groupes des jeunes résistants patriotes appelés Wazalendo, a été signalée dans le groupement Mupfunyi Shanga en territoire de Masisi.
Selon les informations recoupées auprès de nos sources locales, la mésaventure aurait été déclanchée par trois éléments du groupe APCLS sous le commandement d’un certain colonel Bwira dans les zones de Kabalekasha et Bishange ; ces derniers surgiront dans la cour de l’Institut Ntarupeta où traînait le Gestionnaire de l’école Monsieur Bagabo, qui se voyant abattu par ces incontrôlés sans discussion. Dans les minutes qui suivent, un jeune garçon (voisin de l’école), sera à son tour tué dans les échanges des tirs entre ces Wazalendo de APCLS et d’autres du groupe UPCRN venus pour s’imprégner de la situation.

La tention entre ces deux groupes d’autodéfense va se poursuivre toute la soirée du jeudi jusqu’à s’étendre à la journée du vendredi 5 Janvier, avant que dans l’après midi, les autorités politico-militaires ne tapent le poing sur la table appelant ces deux groupes à taire les armes et retourner chacun dans sa position.
Les membres de famille du pauvre Bagabo tué jeudi, alertent sur la disparition de l’un de leurs fils répondant au nom de Tuyisenge KAREGEYA qui n’a répondu à aucun appel jusque maintenant.
La coordination régionale de l’association culturelle « Igisenge » de la communauté Hutu dont Innocent RUGERO est le répondant, demande aux jeunes résistants à travers un communiqué rendu public, à ne pas se tromper d’ennemis en cette période critique où le pays fait face à une guerre d’agression « lui imposée par le Rwanda sous le label du M23 »; et à préserver la cohésion sociale.

Dans l’après midi du vendredi, les autorités provinciales ont dépêché une ambulance dans l’entité pour récupérer les deux corps qui sont arrivés une des morgues d’un hôpital de la ville de Goma dans la soirée, les habitants qui s’étaient déjà déplacés vers les cités de Minova et Bweremana fuyant les tentions, commencent à regagner leurs villages, apprend-t-on.

La Rédaction

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici