Bombardement d’une école à Rusthuru : « c’est clair, l’oeuvre est de l’armée Rwandaise » (Gen. Ekenge)

0

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont réagi après les bombardements qui ont eu lieu vendredi 10 juin 2022 à Biruma et Kabaya, localités situées dans le groupement Kisigari en territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu et où deux enfants âgés entre 6 à 7 ans, tous élèves à l’Institut Saint Gilbert en territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu sont morts l’après midi du vendredi 10 juin 2022.

Selon le Général de Brigade Sylvain Ekenge, Porte-parole du Gouverneur militaire du Nord-Kivu, il s’est agi des bombes tirées par l’armée rwandaise sur le territoire congolais à une longue portée de plus de 22 Kilomètres ont explosé dans l’enceinte de cette institution scolaire qui, une partie, est totalement détruite, renseigne le porte parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu.

 » Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo informent l’opinion tant nationale qu’internationale que depuis 16h15 de ce vendredi 10 juin 2022, l’armée rwandaise à tiré une dizaine de bombes sur le territoire de la RDC. Ces bombes tirées par un canon à longue portée à plus de 22 Kilomètres à partir du territoire rwandais, ont explosé à Biruma et Kabaya, localités situées dans le territoire de Rutshuru « , lit-on dans un communiqué de presse signé par le Général de Brigade Sylvain Ekenge.

Par ailleurs, le Porte parole du Gouverneur militaire du Nord-Kivu, déplore ce qu’il qualifie de crime grave de guère et crime contre l’humanité, posé par le régime du Président Kagame et plaide pour des enquêtes internationales urgentes.

Cet ac de Paul Kagame est qualifié d’un crime contre l’humanité, et de guerre. Outre la mort de ces deux jeunes dont l’un âgé de 7 ans et l’autre de 6 ans, un troisième a été gravement blessé et poursuit des soins appropriés dans une structure sanitaire de la place.

Notons que cette énième accusation de l’armée congolaise contre le Rwanda intervient dans un climat de tension et d’accusation mutuelle entre les deux sur les responsabilités. La veille soit vendredi soir, c’est plutôt le Rwanda via son ministère de la Défense qui venait à son tour d’accuser les FARDC d’avoir tiré deux roquettes sur son territoire, faisant de la peur parmi ses populations civiles.

Malgré tout cela, le Porte parole du Gouverneur militaire du Nord-Kivu qui voit en cela une manœuvre de diversion, appelle population du Nord-Kivu en général et de Rutshuru à la vigilance et à la dénonciation des personnes suspectes afin mettre pratiquement fin à cette « agression » étrangère.

Victoire Muliwavyo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici