RDC/Armée Régionale à l’Est : « Un pays ne sous-traite pas sa sécurité » (Martin Fayulu)

0

Les points de vue divergent au sein de la classe politique Congolaise après la décision prise par les 7 chefs d’États membre de la communauté d’Afrique de l’Est (EAC) à Nairobi au 3ème conclave sur la résolution pacifique de la crise entre la RDC et le Rwanda le 20 juin dernier.

Ce vendredi 24 juin, Martin Fayulu président du parti politique Engagement pour la citoyenneté et le développement (ECIDE) a fait savoir sur son compte Twitter que le communiqué des chefs d’États de « EAC » vise la balkanisation de la République Démocratique.

« Un pays ne sous-traite pas sa sécurité, même d’une infime partie de son territoire! Le communiqué des chefs d’Etat de EAC met à nu leur intention avérée de balkaniser la #RDC. Aucun congolais digne de ce nom ne peut accepter la force régionale de EAC. La RDC demeurera entière ».

Pour le candidat malheureux aux élections présidentielles de 2018 la rupture des relations diplomatiques avec le Rwanda serait inévitable pour ramener la paix à l’Est du pays.

A lui d’ajouter que les troupes Rwandaises devraient se retirer « impérativement » du sol congolais et faire intervenir des Présidents de la CIRGL, de l’union Africaine et celle du secrétaire général des Nations-Unies.

Cependant, le Président de la République Rwandaise Paul Kagame s’est exprimé pour la première fois sur la crise sécuritaire entre ces deux pays à l’occasion du Qatar Economic Forum jeudi 23 juin, il a affirmé avoir demandé à Félix Tshisekedi faire face aux problèmes internes de la RDC et éviter de citer le Rwanda.

Celui-ci a ensuite accusé les Forces armées de la République Démocratique du Congo et la Monusco d’avoir fait recours aux FDLR « les génocideurs du Rwanda » dans des affrontements contre les rebelles du M23 qui seraient soutenus par le pays de Paul Kagame.

Noé Kalemeko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici