Cris du Nord-Kivu face aux résultats électoraux : Appel à la Cohésion Nationale et à la prudence

0

Dans une déclaration faite ce mardi 2 janvier 2024, à Goma, devant la presse, le Collectif des mouvements citoyens et groupes de pression du Nord-Kivu a réagi aux résultats provisoires de l’élection présidentielle du 20 décembre 2023, publiés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), qui a désigné vainqueur le Président sortant, Félix Tshisekedi, pour un second mandat de 5 ans.

La province du Nord-Kivu, située à l’est de la République démocratique du Congo, fait face à une recrudescence des actions rebelles du M23 et de leurs alliés, mettant ainsi en péril la sécurité de la région. Dans ce contexte, le Collectif a appelé la population congolaise à ne pas se laisser manipuler par des politiciens cherchant à semer le chaos dans le pays dans le seul but de servir leurs intérêts égoïstes.

« Le Collectif des mouvements citoyens et groupes de pression du Nord-Kivu invite la population congolaise à ne pas céder aux manipulations politiciennes qui, à tout prix, veulent nous introduire dans un chaos, suite à leurs intérêts égoïstes liés à la course au pouvoir. Cela étant, nous invitons toutes les parties à la retenue, et à bannir les discours séparatistes et discriminatoires, tout en prônant la solidarité et la cohésion nationale », a-t-il déclaré.

Dans ce climat tendu, le Collectif insiste sur l’importance du dialogue et des mécanismes légaux pour résoudre les désaccords électoraux. Il appelle toutes les parties à faire preuve de maturité politique et à travailler en faveur d’une résolution pacifique des différends.

Le Collectif des mouvements citoyens et groupes de pression du Nord-Kivu a ainsi lancé un appel à l’unité et à la responsabilité des candidats présidentiels, les incitant à poser des actions concrètes pour préserver la paix et assurer la stabilité politique dans le pays. Il espère voir émerger un Congo progressiste, où les différences sont respectées et les aspirations de tous les citoyens prises en compte.

Bien que près de 44 millions d’électeurs se soient mobilisés pour l’élection présidentielle, le taux de participation a été relativement faible, mettant en évidence les difficultés logistiques auxquelles le processus électoral a été confronté. Initialement prévue pour le 20 décembre, l’élection a été prolongée en raison de ces problèmes, se déroulant pendant plusieurs jours dans les régions reculées.

La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici