Le legs de Laurent-Désiré Kabila : Entre hommages et controverses à l’occasion du 23ème anniversaire de sa disparition

0

Le 16 janvier 2001, le 16 janvier 2024 marque les 23 ans depuis le décès de l’une des grandes figures de la République Démocratique du Congo, Laurent-Désiré Kabila, un homme d’État qui a mis fin aux 32 ans de règne du Maréchal Mobutu.

Cependant, le combat de ce grand monument de l’histoire de la RDC est actuellement analysé sous deux angles, compte tenu des défis auxquels la République est confrontée. Si, pour certains, surtout ceux qui l’ont connu, Mzée Kabila reste le véritable modèle de patriotisme à suivre, pour d’autres, il est l’auteur de tous les maux que connaît le pays.

S’intéressant à ce débat qui défraie la chronique, la rédaction de Tazamardc.net a rencontré l’analyste Shubu Ngesso, l’un des citoyens congolais qui s’inspirent de la philosophie du troisième président de la RDC. Pour lui, les gens qui critiquent les efforts de Laurent-Désiré Kabila sont ceux qui n’ont pas encore compris sa haute psychologie.

« Moi, je les qualifie de Congolais de petite psychologie car, à cette époque, il était normal que Mzée fasse appel à n’importe qui, car le pays était pris en otage par le monarque et dictateur Mobutu », soutient Shubu Ngesso. Il pense que la nouvelle génération qui adopte cette perspective n’a pas encore saisi le vrai sens du combat mené par celui qui était surnommé « Soldat du peuple » : libérer le pays et permettre aux Congolais de jouir de leurs richesses en toute indépendance.

Pour Maître Steve Bahogwerhe, les Congolais doivent comprendre que chacun a sa façon de voir les choses. « Mzée Laurent-Désiré Kabila, étant humain au même titre que nous, aurait pu commettre des erreurs en signant des accords avec les voisins, pensant peut-être que c’était pour le bien des Congolais, mais malheureusement, cela n’a rien produit de satisfaisant », explique-t-il. Le juriste de formation estime qu’il est grand temps pour les partisans de la génération actuelle de rester unis et solidaires pour corriger certaines erreurs commises par les dirigeants dans le passé. Selon lui, cela contribuera à l’émergence et à la souveraineté de la RDC.

Plusieurs ouvrages sur l’histoire de la RDC indiquent que Laurent-Désiré Kabila a été abattu à l’âge de 61 ans dans son bureau hautement sécurisé de sa résidence officielle, le palais de Marbre, à Kinshasa. L’auteur de son assassinat reste officiellement inconnu, mais certains documents parlent d’un jeune garçon « Kadogo » de 18 ans nommé Rashidi Kasereka, qui a ensuite été abattu.

Florentin Nkurunziza

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici