Attaque des ADF à Kabasha : Des révélations accablantes de la nouvelle société civile congolaise

0

Une nouvelle attaque sanglante attribuée aux rebelles d’origine Ougandaise, d’Allied Démocratic Forces (ADF), a été deploré la nuit du mardi à ce mercredi 09 novembre 2022 dans l’agglomération de Kabasha, située dans le territoire de Beni (Nord-Kivu).

D’après les informations relayées par la société civile locale, au-moins trois (3) personnes ont péri au cours de ces violences. La même source révèle que 20 autres personnes ont été prises en otage au cours du même forfait. Parmi ces otages figurent notamment le médecin traitant du centre de santé de Kabasha, monsieur Mbusa Joakali et 10 gardes malades.

Meleki Mulala, coordonnateur de la nouvelle société civile congolaise, secteur de Rwenzori, revient quant à lui sur le bilan matériel. Il parle de 4 véhicules incendiés dont deux Actros, un Fuso et une voiture. Ces assaillants ont aussi mis en feu 16 portes commerciales.

Pourquoi ces dégâts

En effet, la nouvelle société civile congolaise, secteur de Rwenzori, déplore qu’à l’espace de quelques jours, deux attaques similaires aient été deplorées dans un même rayon. Meleki Mulala, précise que l’aboutissement de cette nouvelle attaque de Kabasha, est le résultat de la négligence des alertes faites par les acteurs de la société civile aux services de sécurité. A l’en croire, si les ADF, sont parvenus à opérer, c’est Parce-que des mesures coercitives n’avaient pas été préalablement prises.

Dans la même foulée, notre source regrette que les ADF ont opéré librement sans être inquiété par quiconque. Elle exige ainsi que des enquêtes soient diligentées afin que des responsabilités soient établies. Meleki Mulala a aussi appelé la population à renforcer sa vigilance et de continuer de collaborer avec les services de sécurité pour défaire complètement cette rébellion.

Suite à cette situation, la majeure partie de la population se déplace vers les régions supposées sécurisées. Les activités ont été paralysées dans cette partie consécutivement à ces violences.

Azarias Mokonzi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici