Bunagana sous M23, 4 mois déjà: Les mouvements citoyens du Nord-Kivu menacent de manifestater pour pousser Kinshasa à agir

0

Ce jeudi 13 Octobre 2022, cela totalise 4 mois déjà depuis l’occupation de la Cité de Bunagana (Nord-Kivu) par les terroristes du M23. Soutenus par l’armée rwandaise, les terroristes du mouvement du 23 mars (M23) se sont accaparés Bunagana sur fond d’une complicité qui aurait été jouée entre Kampala et Kigali.

Depuis quelques semaines maintenant, les armes se sont tues et une accalmie s’observe sur la ligne de front entre FARDC et les rebelles du M23 et leurs alliés dans les groupements de Kisigari et de Jomba où se sont déroulés les derniers affrontements.

Dans des messages circulant sur les réseaux sociaux depuis le début de cette semaine, émanant des différents mouvements citoyens du Nord-Kivu, plusieurs activistes déplorent cette trève et dénoncer la passivité du gouvernement congolais devant cette invasion étrangère.

Pour ce faire, ces activistes, menacent d’entamer des manifestations de grandes envergures incessamment si des opérations ne sont pas lancées, une façon de mettre pression à Kinshasa pour le pousser à agir.

« On observe sur terrain les M23 en train d’attaquer chaque jour les positions des FARDC mais les FARDC jouent à la défense. Nous nous disons alors ça c’est qu’elle manière de combattre même si nous ne sommes pas militaire mais le fait de vivre quand même dans cette zone nous a déjà donné l’esprit de différencier comment on mène une guerre, mais comment les nôtres vont jouer à la défensive, non, ce que jouer à la défensive c’est jouer le jeu de l’enemi. C’est pourquoi nous avons dit les FARDC doivent être laisser libre de combattre les M23 ainsi que tous ses alliés » a déclaré l’un de leurs sous couvert d’anonymat

Notons que depuis l’occupation de la cité de Bunagana par les M23, la cité est déserte et aucune activité socio-économique n’a repris. Selon des sources douanières, la douane de Bunagana qui génère entre 4 et 5 millions de dollars chaque mois n’a pas atteint ce chiffre car tous les bâtiments publics y compris les bureaux administratifs de la DGDA, DGM, de l’OCC et ceux du groupement de Jomba ont été vandalisé et leurs matériels pillés par ces rebelles.

Dans un briefing à la presse ce mercredi 12 octobre 2022, Interrogé sur cette question lors d’un briefing avec la presse, le ministre de la communication et médias Patrick Muyaya justifie cette attitude par les options diplomatiques adoptées par le gouvernement depuis la résurgence du M23. Mais cela, ne veut pas dire qu’il n’existe pas d’autres options du côté congolais a-t-il renchérit.

Victoire Muliwavyo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici