La société civile de Rutshuru dénonce les menaces du M23 à l’endroit de son président

0

La coordination territoriale de la société civile de Rutshuru dénonce les menaces à l’endroit de son président par la rébellion du M23. Dans une déclaration rendue publique ce jeudi 11 janvier, cette structure citoyenne dit avoir appris avec indignation et regret par la voie d’un document signé par le porte parole du M23, les intimidations et menaces à l’endroit de son leader.

« La coordination territoriale de la société civile de Rutshuru a lu avec indignation et regret le document intitulé Mise au point du 9 janvier 2024 publié par monsieur Lawrence KANYUKA, porte parole du mouvement du M23 dans lequel il s’attaque à la Radio Okapi ainsi qu’au Président de la société civile du territoire de Rutshuru, en la personne de Jean Claude BAMBANZE, la bouche autorisée pour la population de Rutshuru », peut-on lire dans ce document.

Tout en rappelant que les dénonciations de son président portent des évidences incontestables, la coordination territoriale de la société civile de Rutshuru précise en outre que ces dernières ne sont nullement à individualiser à sa personne, mais sont plutôt pour toute la structure en particulier, des organisations membres et de la population en générale. Pour la société civile, les menaces et accusations à l’endroit de son président sont « un non événement » car, ajoute-t-elle que d’habitude le M23 a toujours pris pour collaborateur des FDLR, toute personne qui se profile a fond contre ses bavures.

Cette structure conclut sa déclaration en prenant à témoin toutes les autorités tant au niveau International, Régional, National, et Provincial, ensemble avec les Organisations des défenseurs de droit de l’homme, de toutes les menaces dont fait objet son président et demande l’implication des services compétents pour assurer sa sécurité.

Pour rappel, le président de la société civile du territoire de Rutshuru, Jean Claude Bambanze avait dénoncé lundi dernier aux antennes de la Radio Okapi, l’interdiction par les rebelles du M23 des habitants de Kiwanja et environs à accéder à leurs champs de Kahunga, pour des faits non connus. En réaction, la rébellion avait publié le lendemain un communiqué qui désapprouve ces allégations en qualifiant Jean Claude Bambanze d’extrémiste. Une qualification que la coordination territoriale de la société civile de Rutshuru prend pour menace à son endroit.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici