Élections RDC : L’impact du M23 sur l’électorat de Moïse katumbi

0

Depuis le 19 Novembre, la fièvre électorale est montée d’un cran sur l’ensemble de la République Démocratique du Congo, des prétendants élus aux législatives nationales et provinciales, ou même ceux qui aspirent à la magistrature suprême, se mobilisent pour essayer de convaincre les électeurs à leur faire confiance.
Certains citoyens ordinaires et les leaders politiques, ne cachent pas leurs préférences et les affichent au grand monde, dans le but évidemment de courtiser l’attention des autres en faveur de leurs candidats.
Mais depuis quelques jours, les réactions qui font le plus parler sur la toile au Nord-Kivu et dans d’autres coins de la République Démocratique du Congo, sont celles des animateurs de la rébellion du M23 ou leurs proches.

Se déclarant toujours « Congolais », les rebelles du M23 qui, à travers la guerre qu’ils ont décidé de relancer depuis près de deux ans maintenant, ont poussé des millions de citoyens à vivre misérablement dans des camps des déplacés et dans des familles d’accueil, prennent le courage de parler des questions électorales qui font la une des médias en RDC.
Sans mâcher leurs mots, nombreux s’affichent favorables à l’élection du candidat Moïse katumbi à la présidence de la République d’ici le 20 Décembre. Cette préférence ne datant pas d’aujourd’hui, semble choquer beaucoup de Congolais qui ont préféré ramener des anciennes déclarations de certains leaders de cette rébellion, aujourd’hui soutenue par le Rwanda. En 2018 par exemple, le président du M23 Monsieur Bertrand Bisimwa avait publié sur son compte « Tweeter » : « Nous saluons les nouvelles empreintes politiques imprimées par Moïse katumbi, qui affranchissent la vieille classe politique congolaise de sa religion consistant à surfer sur la corde de la haine et de la xénophobie ». Cette déclaration a refait surface dans les réseaux sociaux depuis le début de la campagne électorale, et ne laisse pas indifférents certains citoyens du Nord-Kivu, qui se retrouvent les plus meurtris par la guerre menée par cette rébellion.

Lors du lancement de la campagne électorale de Moïse katumbi à Kisangani Lundi 21 Novembre, Albert Rudatsimburwa l’un des communicateurs rwandais engagés dans la guerre numérique en faveur du M23 en RDC, a partagé sur son compte X (ancien Tweeter), un article du blog finance-cd.com, portant le titre « Désormais candidat commun de l’opposition, Moïse katumbi à Kisangani en conquérant ce Lundi ».
Les captures de ces publications et d’autres faites par les répondants du M23, sont devenues virales sur les réseaux sociaux, les habitants les interprétant de preuves irréfutables du soutien des rebelles du M23 à la candidature de Moïse katumbi, qui porte le numéro 3 aux prochaines élections.

Des communications non sans impact

Quelques heures avant l’arrivée de Moïse katumbi à Goma ce jeudi 23 Novembre, des taximan moto qui se réunissent régulièrement pour débattre de l’actualité au Rond-point communément appelé « Entrée président », ont eu comme sujet, « l’intérêt du M23 à soutenir Moïse katumbi ».
Certains d’eux que nous avons interrogé, ont dit penser que: « les rebelles ayant subi d’énormes pertes sur différentes lignes des fronts sans espoir d’obtenir un dialogue avec le président actuel (Tshisekedi), aimeraient voir un nouveau président prendre le pouvoir, et peut-être décrocher de lui un dialogue et ainsi satisfaire à leurs revendications ».
Un autre taximan qui a déclaré : « Le soutien que les rebelles manifestent en Moïse katumbi,ne peut venir du néant. Ils auraient peut-être déjà reçu des promesses de sa part, ce qui ne nous avantagera aucunement nous les Congolais ».

Certains observateurs estiment que ces tendances affichées sur les réseaux sociaux par les cadres de la rébellion du M23 auront des répercussions sur l’électorat du candidat Moïse katumbi, si ce dernier ne prend pas parole le plus tôt pour éclairer la lanterne : « Aucun Congolais ne peut aujourd’hui parler le même langage que le Rwanda qui nous agresse à travers sa rébellion du M23. Si les rebelles disent A, je pense que le peuple Congolais conscient dira B. C’est ainsi qu’aujourd’hui s’ils continuent de soutenir ouvertement la candidature de Moïse katumbi, les Congolais se rangeront naturellement dans le sens contraire » a-t-il dit sans vouloir que son nom soit cité.
Cet observateur a poursuivi en déclarant : « Les Congolais sont prêts à tout aujourd’hui pour combattre le M23, et la preuve est que de nombreux civils (Wazalendo) ont pris les armes pour s’engager dans cette guerre. Donc, tout celui qui voudra parler de dialogue avec le M23, ne trouvera pas le soutien du peuple. Si Katumbi n’est pas avec eux (les rebelles), je pense qu’ils jouent contre lui. »
Certains habitants de Goma ont même dit ne pas être d’accord avec l’ancien gouverneur de l’ancienne province du Katanga Moïse KATUMBI CHAPWE dans sa campagne électorale, seulement parce qu’ils ont trouvé dans des réseaux ces messages capturés des comptes des rebelles, déclarant leur flamme à celui qui semble être le candidat commun de l’opposition Congolaise.

Depuis le début de la guerre du M23, le président Tshisekedi est resté catégorique sur sa décision de ne jamais écouter les doléances des rebelles du M23, qu’il a même fini par qualifié de « coquille vide » embellie par le Rwanda, qui n’a que l’objectif de poursuivre le pillage des ressources de la RDC pour survivre.
Félix-Antoine Tshisekedi qui est aussi candidat à sa propre succession (numéro 20), a dernièrement affirmé ne pas écarter l’option d’une guerre directe avec le Rwanda, afin de trouver une solution définitive à l’insécurité qui écume l’Est de la RDC depuis maintenant plus de deux décennies.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici