RDC: Tracasseries et bavures policières au Nord-Kivu, le député national Josué Mufula interpelle le VPM Daniel Aselo

0

Elu de la ville de Goma, le député national Josué Mufula vient d’adresser, ce jeudi 13 octobre 2022, une lettre d’interpellation au Vice-Premier Ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, Daniel Aselo.
Dans cette correspondance, Josué Mufula laisse entendre avoir émis le vœu d’avoir les explications sur les bavures de certains policiers qui, depuis plusieurs semaines, violent les droits humains en toute impunité dans la province du Nord-Kivu.

Josué Mufula cite plusieurs cas récents, où les éléments de la police ont été impliqués, et qui ont conduit à la mort des civils dans la ville de Goma notamment.

Il parle aussi de plusieurs cas d’insécurité, sans oublier l’impunité des personnes arrêtées lors des différents incidents sécuritaires au Nord-Kivu.

Cet élu du peuple explique que « tout en reconnaissant quelques prouesses de nos vaillants militaires des FARDC ainsi que de service de sécurité pour bouter hors du territoire national les ennemis et restaurer durablement la paix dans ces zones du pays sous tensions, l’accalmie et la diminution des cas de Kidnappings à Goma et ailleurs, il sied cependant de soulever des comportements très déplorables de nos forces de l’ordre qui deviennent de plus en plus insupportables ».

« En effet, s’interroge Josué Mufula, comment peut-on imaginer par exemple, que dans une province sous état de siège et précisément à Goma, en date de samedi 15 janvier 2022, un taximan moto avait été fusillé à bout portant au niveau du marché central de Goma communément appelé marché Virunga par un agent de l’ordre bien identifié mais qui n’a jamais été sanctionné jusqu’aujourd’hui ?»

Et d’ajouter : « Des officiers militaires et policiers appréhendés il y a 7 mois dans le réseau criminel des kidnappeurs et voleurs des biens de la population appelé 40 voleurs avaient été jugés et condamnés par l’auditorat militaire mais, peu après, ils auraient été libérés moyennant une somme de 800$ chacun. Dans la semaine du 03 au 10 octobre 2022, au moins 5 personnes ont été tuées par des personnes non autrement identifiées, parmi lesquelles une femme violée et tuée par ses boureaux qui ont abandonné son corps sans vie à moitié nu dans son véhicule au quartier Himbi. Un autre incident récent c’est celui qui s’est produit dans la journée de mardi 11 octobre 2022 dans le quartier Katindo où un jeune conducteur répondant au nom de Amisi Kabemba a été tué par balle par un élément de la police nationale de l’unité garde du nom de Faustin Bahati dans une opération de bouclage des engins automoteurs pour le recouvrement des multiples taxes et impôts relatifs à la sécurité,» peut-on lire dans la correspondance.

Notons que cette action parlementaire ne pas la première pour Josué Mufula dans ce dossier. Il y a peu, il avait adressé une question écrite au même ministre. Le délai de réponse largement dépassé, cet élu vient donc de décider de passer à la vitesse supérieure à travers cette interpellation devant les députés nationaux. A l’en croire, à défaut de répondre à celle-ci, une motion de défiance pourrait être envisagée pour destituer le Vice-Premier Ministre interpelé.

Franck Kaky

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici