Ituri : 277 personnes tuées par les CODECO en 6 mois, rapport du bureau de Droits de l’Homme de Nations Unies

0
©Ph : tiers. Photo d’illustration, montrant les corps des victimes des atrocités des groupes armés à l’Est de la RD Congo.

Sans préciser les circonstances et les lieux concernés par cette tuerie, ce rapport du 28 juillet que nous avons consulté, mentionne que 277 personnes ont été victimes d’exécutions sommaire et extrajudiciaire. Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCUNDH) attribue ces «exécutions» aux miliciens de la CODECO, actifs dans la grande partie du territoire de Djugu, dans une période allant de Janvier au Juin 2022.

A en croire ce rapport, parmi d’autres groupes armés de l’Ituri cités, figurent aussi la Force de Résistance Patriotique de l’Ituri (FRPI) avec 12 cas de morts et est classée à la dernière position. Nous trouvons aussi les ougandais des Allied Democratic Forces (ADF), actifs en province du Nord-Kivu et celle de l’Ituri. Ces «présumés» rebelles ougandais ont causé la mort de plus de 359 personnes et arrivent à la deuxième place après le groupe armé Nyatura, très actif dans le Rutshuru au Nord-Kivu.

Sur l’ensemble, le bureau conjoint des nations unies aux droits de l’homme a répertorié 1.505 (mille cinq cent et cinq) cas de victimes d’exécutions sommaire et extrajudiciaire commises par des groupes armés et par quelques membres incontrôlés des services de sécurité congolais. En général, ces chiffre représentent «une augmentation de 16 pourcent par rapport au semestre précédent», note le BCUNDH.

Sharif Bithum Ali, à Bunia

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici