Guerre du M23 : l'armée Congolaise prend le dessus sur les rebelles - Tazama RDC
Guerre du M23 : l’armée Congolaise prend le dessus sur les rebelles

Guerre du M23 : l’armée Congolaise prend le dessus sur les rebelles

La situation se réveille calme ce dimanche sur les lignes de front de Masisi et Rutshuru dans la province du Nord-Kivu où les Forces Armées de la République Démocratique du Congo font face à l’armée Rwandaise sous couvert de la rébellion du M23.

Appuyée par les hélicoptères de la force aérienne, l’armée de terre de la République Démocratique du Congo a résisté toute la journée du Samedi 11 Février aux nombreuses tentatives de progression des rebelles sur la cité de Mushaki. Plusieurs positions des rebelles ont été pilonnées par l’artillerie lourde de l’armée congolaise, d’énormes pertes auraient été infligées à l’armée Rwandaise sous la casquette du M23 dans les collines surplombant la cité de Mushaki à Bunyole et Ruvunda, non loin de Kilolirwe une localité toujours entre les mains des rebelles.
Les FARDC contrôlent depuis Mushaki jusqu’à Sake, mais le porte-parole de la 34ème région militaire le lieutenant colonel Guillaume NJIKE KAIKO dans une déclaration faite ce week-end, à rassuré de la détermination des FARDC de « récupérer toutes les entités aujourd’hui sous contrôle des terroristes Rwandais ».
Le M23 qui garde la main sur les localités Makombo, Kingi, Kabati, Kilolirwe jusqu’à Kitshanga en territoire de Masisi, déplore indirectement à travers un communiqué signé par son porte-parole politique Lawrence KANYUKA, des pertes lui infligées par les FARDC lors des bombardements de ses positions Samedi.
Cette rébellion sous commande de Kigali, contrôle les villages de Bukobwa vers Ruvunda et une partie de Bunyole à quelques kilomètres de la cité de Mushaki, mais son rêve de conquérir la cité de Sake pour ainsi avoir le contrôle facile du reste du territoire de Masisi semble s’éteindre à longueur des heures, vu la détermination de l’armée Congolaise de ne pas lui permettre cette autre aventure.

Dans le territoire de Rutshuru, les rebelles ont élargi leur zone de contrôle jusque dans le groupement de Bukombo, ceci malgré de nombreux appels des chefs d’États des pays de l’Afrique de l’Est réunis au sein de l’EAC, à cesser les hostilités et se retirer des zones qu’ils occupent.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *