RDC: 5 morts et plusieurs blessés dans des manifestations anti-Monusco à Goma

0

Quelques éléments des casques bleus face aux manifestants à Goma (© Daniel BUUMA)

Au moins 5 personnes sont mortes aux côtés d’une cinquantaine des blessés dans la manifestation Anti-monusco du lundi 25 juillet 2022 en ville de Goma.

C’est le bilan qui vient d’être dressé par le gouvernement congolais au travers son porte parole et ministre de la communication et médias.

Dans un tweet, le Ministre Muyaya indique que lors des échauffourées qui ont eu lieu, une cinquantaine de blessés ont été enregistrés. Il promet revenir sur le bilan humain et matériel avec Khassim Diagne, représentant spécial adjoint des Nations-Unies en RDC et chef a.i de la Monusco.

Pendant ce temps là société civile forces vives de Goma corrobore ce bilan du gouvernement congolais à qui elle jette la responsabilité première de toute la situation.

Dans une interview accordée à Tazama RDC, cette structure citoyenne fait état de :

A l’Hôpital Heal Africa, il s’agit de:
1) Ndombasi Abdoul 32ans,
2) Mandela Byamungu Elisha 17ans,
3) Kunkwabantu Kakisingi 54ans,
4) Bahati Mbozayo chance 22ans ,
5) Bahati Lufungulo16 ans.

  • Blessé par balles Interner à ‘Hôpital CBCA NDOSHO dont 24 non encore identifiés.

A l’Hôpital charité, il y a 1 blessé du nom de Sifa Djamila âgée de 10 ans,

A l’Hôpital Provinciale dit Hôpital General il y a 29 cas dont 3 morts succombé de leurs blessures y compris 2corps venu des l’extérieur.

A l’Hôpital CBCA VIRUNGA on y denombre 3 cas dont 2 blessés graves transféré à l’Hôpital CBCA Ndosho.

Outre ce bilan encore provisoire, la société civile forces vives de Goma note par ailleurs d’importants dégâts matériels enregistrés dans trois bases dont: Base logistique RVA , base cadastre et base Serena.

Signalons que depuis ce lundi, des manifestants ont vandalisé quelques bases de la Monusco situées en plein cœur de la ville de Goma. Jusque à ce mardi, la situation était toujours confuse pendant une bonne partie de la journée. Avant de revenir au calme vers 17 h, heure locale.

Plusieurs barricades ont été érigées sur la chaussée par des manifestants, une situation qui a été à la base de la paralysie de toutes les activités socio-économiques dans la capitale du Nord-Kivu.

Victoire Muliwavyo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici